« Évoluer ensemble pour nous renforcer »

Steven Brouckaert, fondateur et CEO de Partners in Accountancy 


Le secteur de la comptabilité est en pleine mutation. Personne ne sait ce que l'avenir nous réserve sur le long terme. Steven Brouckaert de Partners in Accountancy (PIA) n'a pas non plus de boule de cristal, mais il prédit un changement radical du paysage comptable dans cinq ans au plus tard. 

À l'heure actuelle, les bureaux d'experts-comptables et de comptabilité ne manquent pas de travail. Au contraire. Par conséquent, trop peu d'attention est accordée aux changements qui se produisent à l'extérieur. À l'évolution globale du secteur. 

Steven et PIA ont le luxe de pouvoir regarder la situation dans son ensemble. De nombreux bureaux ressentent le besoin de collaborer davantage et sont à la recherche d'une bonne formule. Les comptables et les experts-comptables nous disent souvent qu'ils veulent conserver leur individualité et leur identité. Partners in Accountancy, un partenariat économique composé (pour l'instant) de 19 bureaux indépendants d'expertise comptable et de comptabilité, leur offre une bonne solution. 

Comment décririez-vous Partners in Accountancy ?
« Nous ne nous positionnons pas comme un simple partenariat, ni comme une grande institution partenaire, généralement peu flexible et assortie d'une normalisation excessive. Nous ne visons pas la croissance en soi, mais à nous renforcer en unissant nos forces, en partageant les coûts et en échangeant des informations

Autrefois, j'essayais aussi de collaborer de manière "détachée", mais à un moment donné, c'était essentiellement à sens unique. Soit il y a un manque de confiance, soit il n'y a pas de base commune pour partager l'information. Il ne devrait pas y avoir d'obstacles à l'échange d'informations entre collègues et certainement pas à l'adoption des prochaines avancées numériques. 

Je pense, par exemple, à la richesse de nos données que nous pouvons utiliser pour établir des mesures de référence pour nos clients. Chez Partners in Accountancy, les coûts sont centralisés et répartis sur une base simple. Il s'agit ainsi de parvenir à abaisser le seuil le plus possible pour faire de la coopération une vraie réussite. »

Une structure de coûts commune, dites-vous, en quoi consiste-t-elle ?
« En trois parties. Tout d'abord, la numérisation du bureau fait actuellement l'objet d'une grande attention. Aujourd'hui, la plupart des applications logicielles sont disponibles, mais le vrai travail consiste à les déployer et à en assurer le suivi. Ensuite, nos collaborateurs doivent comprendre et soutenir le fameux change management. C'est une tâche très intensive. Dans le cadre de ce projet, par exemple, nous avons des gens qui se concentrent uniquement sur le support numérique de nos bureaux. 

 

Nous sommes trop enfermés dans notre cocon. Tout le monde a énormément de travail à faire et cet aspect nous empêche d'avoir une vue d'ensemble. Nous ne voyons pas encore la menace venant de l'extérieur. 

profile-mask

Steven Brouckaert

Fondateur et CEO de Partners in Accountancy

Nous avons également une partie de spécialisation. Nous y avons mis en place une dream team par région. Les bureaux affiliés peuvent faire appel aux services d'un certain nombre de spécialistes de haut niveau, s'ils y trouvent une valeur ajoutée. 

La dernière partie importante consiste à simplifier la vie. Je parle des obligations administratives d'un bureau, des contrôles confraternels, de l'administration du personnel, mais aussi du recrutement et de la sélection. La pénurie de personnel dans notre secteur est une réalité permanente, et en tant qu'organisation plus large, nous pouvons y consacrer un peu plus de ressources et faire une différence. Par exemple, nous avons récemment mis en place un Chief Happiness Officer, dont la tâche principale est de promouvoir le bien-être de nos collaborateurs, qui sont notre atout le plus important. Les experts-comptables sont des athlètes de haut niveau. Nous travaillons, travaillons, travaillons, mais nous ne ressentons pas toujours ce qui se passe au bureau. Et parfois, on ne sait pas non plus comment gérer certaines choses. »
 

De nombreux bureaux veulent conserver leur propre identité. Comment cela se traduit-il au sein du groupe ?
« Ne répare pas ce qui n'est pas cassé, comme je le dis souvent. Un bureau s'est développé selon son propriétaire. Chaque bureau est différent et cette individualité doit être préservée en grande partie. 

Certains bureaux collaborent localement avec un avocat, un banquier ou un notaire, nous n'y changerons rien. Nous intervenons uniquement lorsque cela apporte une valeur ajoutée. Chaque bureau a ses propres défis. Par exemple, il n'est pas toujours nécessaire pour un bureau de changer son logiciel comptable, parce que les programmes modernes qui précèdent ou qui suivent le logiciel en question communiquent toujours entre eux. Cela prendrait énormément de temps, et en toute honnêteté, nous n'en avons pas (plus) dans notre secteur. 

Le partenariat est en fait le bureau lui-même. C'est important pour les clients et les collaborateurs. Nous n'organiserons jamais d'événement du personnel au niveau du groupe. Chaque bureau est une famille qui cohabite et nous ne voulons pas briser cela. Pour les plus grands acteurs, vous êtes un partenaire dans un ensemble. À une grande table, on fait souvent de la politique. Je ne peux que constater qu'à mesure que ces structures se développent, elles deviennent aussi plus encombrantes et moins énergiques. Lors d'une fusion, tout le monde n'a pas le même rendement. C'est ce qui cause la perte de nombreuses fusions. Chez nous, un partenaire reste un véritable partenaire ayant un intérêt vital pour son bureau. »

 Quelle est la différence avec une formule de franchisage ?
« Je crois fermement au co-ownership. Nous concluons également des engagements mutuels qui vont bien au-delà d'un système de franchisage, sous la forme d'actions. Dans une franchise, vous avez également ce nom commun, mais pas ce lien. Il est également beaucoup plus facile pour nous de nous engager à faire participer de jeunes associés et de garantir la continuité aux associés plus anciens.
 
Aujourd'hui, PIA est devenu un réseau de 19 bureaux. Quelle a été l'importance du groupe d'investissement belge Baltisse de Filip Balcaen dans cette histoire ?
« Nous avons longuement discuté. J'aime les gens qui me mettent au défi. Filip Balcaen et son équipe font cela très bien. J'aime explorer les chemins inexplorés. Plutôt que de travailler avec un acteur existant dans notre secteur ou un partenaire purement financier, je voulais un partenaire qui puisse m'apporter la combinaison idéale de force et de vision stratégique. 

Parfois, il est nécessaire de regarder à l'intérieur depuis l'extérieur. Au fil des ans, notre secteur a connu de nombreuses vagues de consolidation. Toutefois, le niveau et le rythme auxquels il se développe actuellement sont incroyables. Nous sommes en relation avec des bureaux de 5 à 10 employés, mais tout aussi bien avec des bureaux de 80 personnes et plus. Ce sont des parties qui n'avaient pas besoin de s'engager auparavant. Dans la collaboration avec Baltisse, j'ai trouvé un partenaire financier très solide, qui est sur la même longueur d'onde, qui croit en notre projet et veut nous aider à le développer davantage. »

Votre projet de croissance se poursuit donc. Quelles sont les prochaines étapes ?
« Tout d'abord, nous regardons les régions où nous sommes moins actifs, voire tout à fait inactifs. Nous pouvons encore nous développer fortement dans le paysage flamand, mais aussi à Bruxelles et en Wallonie. L'esprit d'entreprise ne s'arrête pas aux frontières nationales, je n'exclus donc pas la possibilité que nous nous tournions également vers les Pays-Bas ou les autres pays voisins. Un bureau de cinq ou six personnes a une raison d'être dans notre structure, bien que certains disent le contraire. Il existe de nombreux petits bons bureaux que nous voulons impliquer dans notre trajectoire de croissance. »


Comment voyez-vous l'évolution du secteur comptable ?
« Jusqu'à présent, nous avons la chance de disposer de notre couverture déontologique. La qualité est bien protégée, ce qui est une bonne chose, mais la concurrence viendra principalement de l'extérieur de notre secteur. 

Martin de Bie, conseiller en nouvelles technologies et innovation chez 216 Accountants, m'a expliqué que personne aux Pays-Bas ne se rendait compte de la vitesse à laquelle les choses évoluaient. Je constate la même chose ici. Nous sommes trop enfermés dans notre cocon. Tout le monde a énormément de travail à faire et cet aspect nous empêche d'avoir une vue d'ensemble. Nous ne voyons pas encore la menace venant de l'extérieur. 

Tout à coup, il faudra tenir compte d'intervenants comme Google, Amazon ou un nouvel acteur fintech, ayant beaucoup plus d'influence que quiconque. Jusqu'à présent, tout le monde rit de cette histoire amusante, mais c'est exactement la raison pour laquelle je veux faire grandir notre organisation. Construire notre histoire d'une manière unique et rester fort pour la tempête à venir. »

Vous avez des questions sur Partners in Accountancy ? Dans ce cas, contactez Steven Brouckaert : steven@pia.be