Créer un site e-commerce ? Voici comment réussir votre projet !

Créer une entreprise sans ouvrir de boutique en ligne ? Actuellement, c’est aussi impensable qu’un café qui ne servirait pas de bière. Heureusement, créer un e-commerce efficace ne relève pas du tour de force. Mieux encore, cet article vous donne des conseils qui maximiseront vos chances de succès.


Pourquoi ouvrir une boutique en ligne ?

10 milliards d’euros : c’est le montant que les consommateurs ont dépensé, l’année dernière, dans les boutiques en ligne. Si vous ouvrez votre propre e-commerce, vous pourrez vous couper une belle part du gâteau. Il n’y a vraiment pas à hésiter :

  • ouvrir votre propre boutique en ligne, c’est abordable et facile
  • votre e-commerce pourra générer des revenus 24 heures sur 24, 7 jours sur 7
  • votre boutique en ligne fonctionne automatiquement, personne ne doit attendre derrière le comptoir
  • il est plus facile d’attirer des clients dans votre boutique en ligne que dans un magasin physique
  • dernier point, et non des moindres : votre guichet d’entreprises vous mettra volontiers sur la bonne voie !



Votre préparation

Étape 1 : élaborer un plan d’affaires

C’est beaucoup plus facile qu’il n’y paraît. En effet, il s’agit simplement de répondre aux questions ci-dessous :

  • quelle est l’offre actuelle sur Internet ? Qui sont mes concurrents ?
  • comment me distinguer des autres ?
  • quel marché vais-je viser ? La Wallonie, les francophones ou le monde entier ?
  • quel sera mon prix de vente ? Quel bénéfice vais-je réaliser ?
  • à combien s’élèveront les frais fixes, tels que les fournisseurs et le service informatique ?

Vous trouverez toutes les réponses sur Internet. Veillez à ce que votre champ de recherche soit suffisamment étendu et cherchez également en anglais, car peut-être votre produit est-il déjà commercialisé dans une boutique en ligne américaine où les consommateurs belges font leurs achats à très bas prix.




Étape 2 : trouver les bons fournisseurs

Comme pour un magasin physique, il est essentiel d’avoir des fournisseurs fiables et de bonne qualité. À cet égard aussi, vous trouverez de nombreuses informations sur le Web. Engagez des fournisseurs adaptés pour chaque étape du processus : autrement dit, non seulement pour le matériel de fabrication de votre produit, mais aussi pour son emballage.




Étape 3 : choisissez le service de livraison adéquat

La première question à vous poser est la suivante : livrerez-vous uniquement en Belgique ? Dans ce cas, bpost peut suffire. Traverserez-vous les frontières ? Alors, optez pour une grande société – comme UPS, FedEx, DPD ou DHL – où vous aurez un interlocuteur unique. Si un processus plus fastidieux ne vous rebute pas, vous pouvez alors privilégier divers services postaux aux tarifs plus abordables.


SendCloud est une solution alternative intéressante : ce service travaille sans contrat fixe ni nombre de paquets obligatoires par mois. Idéal si vous envoyez relativement peu de paquets.


Une deuxième question à examiner concerne la rapidité de la livraison. Dans quels délais vos clients veulent-ils recevoir leur paquet ? Une livraison en un jour est-elle indispensable, également le week-end ? Certains coursiers sont imbattables au niveau des délais, mais leurs tarifs sont d’autant plus élevés. En parlant de prix : tenez compte du poids ! Plus vos paquets sont lourds, plus leur envoi coûtera cher. Vous découvrirez ici comment élaborer un business plan dans les règles de l’art.





Sauter le pas : la mise en ligne de votre boutique

Comment choisir un nom (de domaine) ?

Il va sans dire que le choix de votre nom doit faire l’objet du plus grand soin. À cet égard, trois critères sont importants : votre nom doit être accrocheur, distinctif et surtout clair. Un nom descriptif – comme par exemple « lesmillefeuillesdejean.be » – présente deux avantages décisifs :

  • il est facile à retenir, ce qui joue un rôle dans la publicité de bouche à oreille;
  • il sera mieux classé dans Google si un internaute introduit la recherche « millefeuilles ».

Vous avez trouvé le nom parfait ? Commencez par vérifier si ce nom de domaine est toujours disponible. Assurez-vous aussi de n’avoir pas de concurrent avec un nom similaire. C’est notamment possible sur un site comme eurodns.be.


En choisissant un nom d’entreprise, envisagez également l’avenir. Outre les millefeuilles, vous comptez un jour vendre des biscuits au chocolat ? À terme, avez-vous l’intention de conquérir le marché néerlandais ? Tenez compte de tout cela en baptisant votre boutique.




Quelle boutique en ligne utiliser…

Si vous savez vous y retrouver sur le Web, vous pouvez créer votre site e-commerce vous-même. Pour une boutique simple, WordPress vous sera déjà d’une grande aide. Vous avez le choix parmi des centaines de lay-outs, auxquels vous pouvez connecter une boutique « préconstruite » – comme WP eCommerce ou WooCommerce – via un plug-in. Cela ne vous suffit pas ? Tournez-vous vers Magento, VirtueMart ou HikaShop, qui prennent en charge des systèmes de paiement plus complexes.


Le bricolage virtuel n’est pas pour vous ? Mieux vaut alors engager un bureau en ligne. Contactez plusieurs parties et comparez leurs offres. Surveillez vos coûts : pour une boutique en ligne relativement simple, il est inutile que votre fournisseur développe un système de commerce électronique haut de gamme. Des logiciels gratuits ou une formule de location pourront mieux vous convenir. Sinon, vous paierez le prix fort pour des fonctionnalités que vous utiliserez rarement, voire jamais.




… et quel système de paiement proposer ?

Un client qui ne trouve pas son système de paiement préféré dans les options abandonnera très probablement son achat. C’est pourquoi il est avisé de proposer toute la gamme des moyens de paiement, de Bancontact à Maestro en passant par Visa, MasterCard et PayPal. Mais là encore – vous l’aurez deviné –, il y a un prix à payer… Dès lors, dans un premier temps, PayPal et les virements en ligne pourront peut-être vous suffire.

CONSEIL

Malgré le succès du e-commerce, le consommateur demeure très frileux. Veillez à ce que votre boutique en ligne inspire confiance pour que votre client sorte son portefeuille sans inquiétude. Polissez votre image de marque et vos textes en faisant intervenir un designer et un copywriter professionnels. Retour sur investissement garanti !


Retenez également que si le consommateur a de l’argent, il n’a aucune patience. Faites donc en sorte qu’il puisse parcourir votre boutique en ligne d’un seul regard. Et permettez à votre visiteur d’accéder à votre offre la plus populaire d’un simple clic de souris.

Vous facturez la TVA ?

Si vous exercez exclusivement vos activités en Belgique, c’est facile : le taux de TVA « normal » de 21% s’appliquera généralement.


Si vous vendez également vos produits dans d’autres pays de l’UE, les choses sont un peu plus complexes. Vous devez aussi facturer la TVA, sauf si vous vendez à des entreprises. Dans ce cas, la TVA est « autoliquidée » : elle passe à votre acheteur. Si vos clients sont dans le monde entier, vous aurez affaire aux droits de douane. Demandez à un comptable de vous guider dans cette jungle fiscale, car seul(e), vous risquez de vous y perdre.




Tenez compte des obligations légales

Ne faites pas fi des règles ci-dessous, sous peine de pénalités sévères. Votre boutique en ligne risquerait de ne pas faire long feu.

  • Droit de rétractation : votre client a 14 jours pour changer d’avis. S’il renvoie votre produit, vous devez le rembourser dans les 14 jours. Cet engagement doit en outre être clairement affiché sur votre site Web.
  • Devoir d’information : affichez soigneusement vos coordonnées et votre numéro de TVA sur votre site Web et dans chaque e-mail que vous envoyez. Indiquez clairement le prix de chaque produit, frais (d’envoi) et TVA compris. Confirmez à nouveau toutes ces informations (produit, prix, modalités de livraison…) dans l’e-mail qui suit la commande.
  • Délai de livraison : livrez votre produit au client dans les 30 jours.
  • Conditions générales : il s’agit de toutes les informations utiles sur le délai de livraison et les garanties éventuelles. Il n’est pas obligatoire d’indiquer des conditions générales, mais cela reste vivement recommandé. Par sécurité, il est même préférable de les répéter dans vos e-mails de confirmation.
  • Publicité et marketing : il est strictement interdit de cocher par défaut des cases d’opt-in sur vos formulaires. Pour recevoir vos e-mails, par exemple, votre client doit en effet toujours donner lui-même son consentement.

Une bonne préparation : le meilleur départ

Vous voulez être certain d’avoir pensé à tout lorsque vous vous lancez en tant qu’indépendant ? N’hésitez pas à vous rendre sur la page récapitulative. Vous y trouverez un scénario pratique pour un départ serein.

Jetez un oeil ici

Comment mettre votre boutique sous les feux des projecteurs ?

Inutile de chercher bien loin pour trouver d’excellents points de départ pour promouvoir votre boutique en ligne. Votre cercle d’amis, vos contacts sur les réseaux sociaux et le bouche-à-oreille auront déjà un impact considérable.


Néanmoins, il est important d’aller au-delà de votre entourage immédiat. Pour passer à la vitesse supérieure, le marketing en ligne est indispensable. Optimisez votre site pour les termes de recherche dans Google. Utilisez Google AdWords. Écrivez un blog passionnant. Mettez en place une page Facebook séparée. Les possibilités sont infinies !


Un conseil : vous voulez augmenter la confiance de votre client envers votre boutique en ligne ? Essayez de décrocher le label BeCommerce. Vous pouvez l’obtenir en devenant membre de l’association BeCommerce et en suivant un code de bonne conduite. Cela signifie qu’outre votre respect – évident – des dispositions légales, vous garantissez que vous faites des efforts supplémentaires sur le plan de la confidentialité, du paiement, du déroulement de la commande, du service après-vente et de la résolution des plaintes.


Safeshops.be attribue également un label de qualité pour permettre aux boutiques en ligne d’accroître la confiance de leurs visiteurs. Avant toute chose, demandez-vous cependant si ces labels valent l’investissement qu’ils représentent. Il y a en effet toujours un prix à payer.




Combien vous coûtera votre boutique en ligne ?

La règle est simple : plus vos plans sont ambitieux, plus le tarif sera élevé. Vous avez un hobby créatif dont vous aimeriez tirer profit en vendant quelques articles sur Internet ? Vous pouvez limiter vos frais en créant votre propre boutique en ligne. Dans ce cas, le budget à y consacrer dépassera rarement les 1.000 euros.


Vous rêvez de devenir le nouvel Amazon ou Zalando ? Comptez alors quelques milliers d’euros pour la création de votre site e-commerce. Vos frais d’hébergement seront également beaucoup plus élevés qu’avec un site plus simple.


En outre, gardez toujours à l’esprit les frais d’envoi. Prévoyez un tarif de 4 à 5 euros par paquet. Un conseil : prenez la peine de comparer les offres ! Une différence d’un euro par paquet représentera rapidement une somme considérable.





Lancez-vous en tant qu’indépendant(e)

Votre boutique en ligne est en chantier ? Alors, c’est à votre tour. Car sans le statut d’indépendant, vous ne pourrez pas vendre un seul article. Les étapes suivantes figurent au programme :

  • demande de votre numéro d’entreprise
  • activation du numéro d’entreprise en tant que numéro de TVA
  • affiliation à une caisse d’assurances sociales
Lancez-vous en tant qu’indépendant(e)

Cette page résumée pour vous

  • Une boutique en ligne qui fonctionne correctement est essentielle. Consacrez-y suffisamment de temps.
  • Tenez compte des obligations légales qui vont de pair avec une boutique en ligne.
  • Le prix dépend de votre stratégie. Plus vous êtes ambitieux, plus les frais sont élevés.




Ce qui pourrait vous intéresser

Voici comment trouver un bon nom d’entreprise.

En savoir plus

Comment établir un plan de communication efficace ?

En savoir plus

Votre nom de marque est précieux, enregistrez-le.

En savoir plus