Bébé en vue : à quoi devez-vous penser en tant qu’indépendant ?

Pendant votre grossesse, vous vous occupez avec plaisir de la liste de naissance, des dragées et de la chambre d’enfant. Mais il vous reste quelques formalités administratives à régler avant l’arrivée de votre petit bout. Dans cet article, nous vous présentons ce à quoi il faut penser.


1. Allocation de naissance

À partir du cinquième mois de grossesse jusqu’à trois ans après la naissance de votre enfant, vous pouvez demander votre allocation de naissance (également appelée « prime de naissance »). Cette prime unique est payée par une caisse d’allocations familiales. Tant les salariés que les indépendants, les allocataires et les pensionnés y ont droit.

Demandez la prime à la caisse d’allocations familiales du père de l’enfant. S’il est salarié, il s’agit de la caisse d’allocations familiales de son employeur actuel. Si le père est au chômage, retraité ou en maladie, il faut adresser la demande à la caisse d’allocations familiales de son dernier employeur. S’il est indépendant, il demande la prime à la caisse d’allocations familiales de son choix. Le père n’est pas en mesure de demander l’allocation de naissance ? Découvrez ici qui peut alors demander l’allocation de naissance.


Vous adoptez ? Vous pouvez alors demander une prime d’adoption.

Important pour les indépendants à titre complémentaire : n’oubliez pas d’informer votre employeur ou l’ONEm de votre grossesse.

2. Repos et allocation de maternité

Pour l’allocation de maternité, vous devez vous adresser à votre mutualité. Au début de votre repos de maternité, vous devez rendre une attestation médicale, puis vous recevez une feuille de renseignements. Renvoyez celle-ci le plus vite possible à votre mutualité. Pensez également à fournir un extrait de naissance. Et prévenez votre mutualité lorsque vous pouvez reprendre le travail.


Indépendantes à titre principal et conjointes aidantes :

Vous avez droit à douze semaines de repos maternité. Le minimum légal s’élève à une semaine avant l’accouchement et deux semaines après. Vous pouvez prendre les neuf semaines restantes à partir de trois semaines avant l’accouchement jusqu’à 38 semaines après le repos de maternité obligatoire.

Vous êtes dispensée du paiement des cotisations sociales au cours du trimestre suivant votre accouchement. Lors de cette période, vous êtes en ordre de sécurité sociale. Cet avantage vous est accordé automatiquement par la caisse d’assurances sociales.

Avertissement : Si vous payez des cotisations réduites en raison d’une affiliation à titre principal avec assimilation d’activité complémentaire (ce que l’on appelle l’«article 37»), vous n’avez pas droit à une allocation de maternité ou aux autres avantages dont bénéficient les indépendantes à titre principal.

Indépendantes à titre complémentaire :

Les salariées et les fonctionnaires ont droit à quinze semaines de repos maternité. Le minimum légal s’élève à une semaine avant et neuf semaines après l’accouchement, et vous pouvez prendre les cinq semaines restantes à partir de six semaines avant votre accouchement. Vous pouvez affecter les semaines que vous ne prenez pas avant votre accouchement à votre repos postnatal. Pendant votre repos de maternité, vous ne pouvez pas exercer vos activités à titre complémentaire. Vous devez à cet effet signer une déclaration sur l’honneur auprès de votre mutualité.



3. Titres-services

En tant qu’indépendante à titre principal ou conjointe aidante, vous avez droit à 105 titres-services après votre accouchement. Remplissez vos données en ligne et votre caisse d’assurances sociales vous contactera pour poursuivre le traitement de votre demande.



4. Allocations familiales

Si vous recevez déjà des allocations familiales ou que vous avez demandé votre allocation de maternité avant la naissance, contactez votre caisse d’allocations familiales afin de vérifier si vous avez droit à cette allocation mensuelle. Si votre caisse ne dispose pas de toutes les données nécessaires, vous recevrez un formulaire de demande.

Vous avez droit aux allocations familiales à partir du premier mois de naissance de votre enfant. Vous recevez l’allocation tous les huit du mois.

Exemple : Maryse accouche le 4 avril. Elle a droit aux allocations familiales pour son enfant à partir du 1er mai. Le 8 juin, elle recevra ses allocations familiales pour la première fois.