Tout ce que vous devez déjà savoir sur votre pension

« Ma pension ? Je n’y pense pas maintenant. », voilà un discours qui revient souvent chez les jeunes indépendants. Pourtant, mieux vaut penser à vos vieux jours dès le départ. En effet, même si les pensions minimales des indépendants et des salariés ont été égalisées, les entrepreneurs ont intérêt à se constituer un revenu supplémentaire. Dans cet article, nous répondons clairement à cinq questions cruciales sur les pensions.


1. Qui a droit à une pension ?

Les indépendants qui paient des cotisations sociales à titre principal ont droit à une pension, tout comme les conjoints aidants. Les salariés y ont également droit lorsque des cotisations ONSS ont été prélevées de leur salaire, ce qui est généralement automatique. Dans le cas d’une carrière mixte – vous étiez salarié et indépendant – vous pouvez introduire une demande de pension sous les deux régimes.

2. Comment constituez-vous votre pension légale ?

Vous avez droit à une pension en contrepartie de vos cotisations sociales d’indépendant ou de vos cotisations ONSS de salarié. Le montant de la pension dépend de votre salaire, du nombre d’années effectuées et du statut (ou des statuts) au cours de votre carrière.


Indépendants à titre principal et conjoints aidants :

Vous recevez une pension déterminée pour tout trimestre de cotisations sociales payées. Celle-ci augmente à mesure de l’augmentation de vos revenus et de vos cotisations sociales. Si vos revenus d’indépendant étaient trop faibles, vous avez droit à une pension minimum.


Indépendants à titre complémentaire :

En étant indépendant à titre complémentaire, vous établissez vos droits à la pension via vos cotisations de sécurité sociale de salarié ou de fonctionnaire, c’est-à-dire les cotisations ONSS retenues de votre salaire brut. Remarque : Si vous payez des cotisations sociales d’indépendant à titre principal, vous constituez bel et bien une pension d’indépendant.



3. À quel âge pouvez-vous prendre votre pension ?

Vous recevez votre pension à partir de l’âge légal de la pension, 65 ans. Celui-ci sera relevé systématiquement au cours des prochaines années : 66 ans à partir de 2025, puis 67 ans à partir de 2030. Vous souhaitez tout de même prendre une pension anticipée ? Vous ne pourrez plus le faire que si vous répondez à des conditions particulières.

4. Comment pouvez-vous compléter votre capital pension ?

Une pension légale (ce que l’on appelle le premier pilier) ne suffit pas à maintenir votre niveau de vie. Voilà pourquoi vous avez intérêt à constituer un complément à votre pension. C’est tout à fait possible via les deuxième et troisième piliers : la pension complémentaire et le plan d’épargne-pension individuelle.


Pension complémentaire :

Les indépendants à titre principal et les conjoints aidants peuvent conclure une pension complémentaire libre d’indépendants (PCLI) ou une pension complémentaire libre d’indépendants sociale (PCLIS). Cette formule vous permet d’épargner un montant supplémentaire de manière fiscalement avantageuse.

Les dirigeants d’entreprise en société peuvent également opter pour un engagement individuel de pension (EIP).

À partir de mi-2018, les chefs d’entreprise à la tête d’une entreprise personne physique pourront également conclure une convention de pension pour travailleurs indépendants (CPTI).

Les indépendants à titre complémentaire constituent leurs droits sociaux grâce à leur statut de salarié ou de fonctionnaire. Par conséquent, vous pouvez uniquement constituer une pension complémentaire via votre employeur. Cela passe souvent par une assurance de groupe où l’employeur et l’employé paient chacun une partie de la prime.


Plan d’épargne-pension individuelle :

Le troisième pilier de pension consiste en des épargnes-pensions, ou en d’autres formes d’épargnes à long terme.

Important : Contrairement à vos primes de PCLI, les primes que vous payez en tant qu’indépendant dans le cadre de votre épargne-pension ne vous permettent pas bénéficier d’une réduction de vos cotisations sociales.



5. Pouvez-vous continuer à travailler pendant votre pension ?

Après votre pension, vous pouvez continuer à exercer vos activités d’indépendant. Tout pensionné ayant plus de 65 ans peut tirer des revenus illimités de son activité sans perdre ses allocations. Vous payez des cotisations sociales, mais moins. Si vous avez moins de 65 ans, vous devez tenir compte de seuils de revenus déterminés. Les salariés bénéficiant d’une pension peuvent aussi s’assurer un revenu complémentaire. N’hésitez pas à consulter le site Internet du Service fédéral des Pensions (SFP) pour obtenir davantage d’informations.