La comptabilité d'une entreprise personne physique : qui s'en charge?

Environ 62% des indépendants débutants font leurs premiers pas dans le monde de l'entrepreneuriat avec une entreprise personne physique. Logique, car la constitution de cette forme d'entreprise ne requiert que peu de démarches et de dépenses. De plus, sa comptabilité est limitée et « simplifiée ». Bien que ce terme soit trompeur, affirme l'auteur de ce blog Pieter Devloo. En se basant sur son expérience comptable, il explique ce que vous pouvez faire vous-même et pourquoi ce n'est pas toujours une bonne idée.


Quelle que soit la forme d'entreprise que vous choisissez, vos obligations comptables ne peuvent être le facteur décisif. Bien qu'une société requière une « double comptabilité », c'est-à-dire plus de paperasserie, elle peut également être plus intéressante pour les débutants qu’une entreprise unipersonnelle. Des aspects comme la responsabilité, la volonté d’inclure d’autres… intervenants dans votre affaire ou la nécessité d'avoir recours à des investisseurs seront ici déterminants.



« Comptabilité simplifiée » : de quoi s’agit-il?

Disons, en termes simples, que vous devez tenir à jour un relevé complet de toutes vos charges et de tous vos revenus. Rien de plus et rien de moins, raison pour laquelle on parle de « comptabilité simplifiée ». Dans la pratique, il s'agit concrètement des éléments suivants :

  • le journal des ventes : une liste chronologique de vos factures, avec des numéros de factures successifs ;
  • le journal des achats : une liste des dépenses effectuées pour l'entreprise.

Les informations qu'ils contiennent doivent être communiquées aux autorités :

  • via la partie 2 de la déclaration annuelle de l’impôt sur les personnes physiques ;
  • via le listing clients annuel : une liste de tous vos clients assujettis à la TVA en Belgique ;
  • via la déclaration trimestrielle de TVA, par le biais de laquelle vous déclarez toute les TVA perçues et payées.

Cette dernière n’est obligatoire que si vous appliquez effectivement la TVA. En effet, les entreprises dont le chiffre annuel est inférieur à 25.000 euros bénéficient du régime de franchise de la taxe pour « petites entreprises ».



Un comptable est de toute façon intéressant

S'aventurer dans le labyrinthe fiscal comporte en soi de nombreux risques. Il est nettement préférable d'investir le temps que vous y consacrez dans le développement de votre affaire. Un comptable fera bien plus que gérer les formalités administratives liées à votre activité:

  • il vous conseille. Non seulement en matière de frais et d’impôts, mais par exemple aussi quant à la manière dont vous pouvez élaborer un plan financier, les meilleurs moments pour passer à une autre forme d'entreprise, la manière de trouver des investisseurs privés, etc. ;
  • il vous offre un service sur mesure. Si vous souhaitez, par exemple, faire une partie de votre comptabilité vous-même, il vous conseillera le logiciel comptable le mieux adapté aux besoins de votre entreprise, à la taille de votre entreprise et à votre future croissance. Autre exemple : vous pouvez vous rencontrer une fois par an seulement et faire vous-même chaque trimestre votre déclaration de TVA.
  • il vous informe des derniers développements de la législation. Et s'il existe de nouvelles règles dont vous pouvez tirer avantage, votre comptable peut réagir rapidement. Songeons, par exemple, aux nouvelles règles concernant les frais déductibles, le tax shift ou des régimes fiscaux avantageux.
 

Conclusion : L’aide d’un professionnel pour votre comptabilité reste précieuse.

La « comptabilité simplifiée » pour une entreprise personne physique est un terme trompeur. Pour les profanes, les obligations sont tout sauf simples. Si vous réussissez à faire vous-même votre comptabilité, vous risquez de passer à côté d’avantages fiscaux.

Il vous faut naturellement trouver un bon comptable. Renseignez-vous auprès de plusieurs d'entre eux : le premier entretien est généralement gratuit. Ce page vous explique sur quels critères baser votre choix. Bonne chance!