Du brut au net : combien gagnez-vous réellement en tant qu'indépendant ?

Votre revenu d’indépendant est une question particulièrement complexe. Vous devez jongler avec des facteurs tels que le chiffre d’affaires, le revenu net, la marge brute, le revenu imposable, etc. Et ce, alors qu’une seule question compte vraiment : combien vous restera-t-il en tant que travailleur indépendant ?

Comment s’effectue le calcul du brut vers le net ?

Par «brut», nous entendons l’ensemble des revenus que vous percevez à travers vos activités.Vous pouvez soustraire les dépenses de votre entreprise du montant brut. Il s’agit de vos coûts. Vous devrez payer des cotisations sociales et des impôts sur le montant restant. Le résultat de ce calcul est votre revenu net. En d’autres termes, la différence entre le brut et le net est en grande partie une question de cotisations sociales et d’impôts.

C’est pourquoi nous avons dressé la liste des impôts auxquels vous devez faire face. À cet égard, peu importe que vous soyez indépendant à titre principal ou complémentaire : les deux statuts sont imposés exactement de la même manière.

  • La taxe sur la valeur ajoutée
    Cette taxe, mieux connue sous le nom de «TVA», est payée par le consommateur. En tant que travailleur indépendant, vous contribuez uniquement à la charge administrative qui consiste à percevoir la TVA auprès de votre client pour ensuite la verser à l’État. Vous ne payez donc pas la TVA vous-même, car vous pouvez déduire la TVA que vous payez sur vos achats de celle que vous recevez de vos clients.
  • L'impôt des personnes physiques
    Il s’agit de l’impôt que vous payez sur les revenus issus de l’ensemble de vos activités professionnelles – et donc pas uniquement sur votre revenu d’indépendant.

    Dans le cas d’une société, l’impôt fonctionne autrement. Les bénéfices réalisés par la société sont imposés aux taux (inférieurs) de l’impôt sur les sociétés. La société verse un salaire aux gérants, aux administrateurs ou aux associés actifs ? Dans ce cas, ce salaire est imposé au taux de l'impôt des personnes physiques.
  • Vos cotisations sociales
    Ce n’est pas un impôt au sens propre du terme, mais votre contribution à la sécurité sociale. Toutes les personnes actives y participent et bénéficient en échange d’une protection sociale : la pension, les soins de santé, le revenu de remplacement et les allocations familiales.
  • La taxe provinciale
    La province peut – mais ne doit pas – imposer ce prélèvement supplémentaire aux entreprises qui y sont établies. Et les provinces n’hésitent pas à s’en servir ! Une fois par an, vous recevez un formulaire de déclaration dans votre boîte aux lettres : plus votre entreprise occupe une surface importante, plus votre taxe est élevée.

    Le coût varie également par province, allant de 62 euros (au Limbourg) à 125 euros (en Flandre orientale). Seul le Brabant flamand ne prélève aucune taxe provinciale.
  • La taxe communale
    Les communes peuvent prélever cet impôt complémentaire sous la forme d’un pourcentage qui s’ajoute à l'impôt des personnes physiques. Vous payez toujours les deux impôts simultanément, en remplissant le même formulaire de déclaration.




Du net au brut : quel montant devez-vous facturer ?

Vous ne lancez pas votre activité (uniquement) pour le plaisir. Vous voulez aussi gagner votre vie, de préférence confortablement. Quel chiffre d’affaires devez-vous générer pour garder un revenu net suffisant pour payer vos dépenses personnelles ? En vous posant cette question, vous réfléchissez en réalité à votre revenu brut.


De manière générale, vous pourriez dire que vous conserverez en net à peu près la moitié de votre revenu brut. Autrement dit, vous pourriez calculer le montant nécessaire à vos dépenses personnelles, le multiplier par deux, et obtenir la somme que vous devriez facturer pour joindre les deux bouts. Mais vous iriez un peu vite en besogne... Notamment parce qu'avec un tel calcul, vous ne tenez pas compte des coûts spécifiques à votre activité. Par exemple, le travail d’un couvreur diffère de celui d’un consultant. Leurs coûts et leurs tarifs diffèrent donc aussi.




Le calculateur brut-net vous donne la réponse.

Combien de jours ou d’heures de travail seront nécessaires pour gagner votre revenu brut ? Et quel montant net vous restera-t-il ? Laissez votre calculatrice de côté : le calculateur brut-net vous présentera tout cela en détail. Xerius a développé cet instrument unique avec le soutien de SD Worx spécialement pour les indépendants débutants qui veulent y voir clair dans leur revenu futur.

Calculer net > brut




L’exemple de Martine, copywriter dans une agence de communication.

Pour ses travaux de rédaction, Martine perçoit un salaire mensuel net de 1.800 euros, soit 21.600 euros par an. Ille roule en voiture de société et a reçu un ordinateur portable professionnel dont elle peut également faire un usage privé.


Après avoir longtemps réfléchi, Martine envisage de renoncer à son emploi fixe pour se lancer dans une carrière de copywriter indépendante. Elle estime qu'elle travaillera 220 jours par an et aimerait connaître le tarif journalier qu’elle doit appliquer pour atteindre ces mêmes 21.600 euros nets.


Bien sûr, elle devra désormais payer sa voiture et son ordinateur portable de sa poche. Comme elle les utilise aussi à des fins privées, elle ne peut déduire qu’une partie des frais d’achat au titre de frais professionnels. D’autre part, elle aménage une pièce de son habitation en espace de travail. Un pourcentage du montant de ses factures de gaz, d’électricité, d’eau et d’Internet intègre ainsi ses frais professionnels. Elle doit également en tenir compte dans le calcul.


D’autres frais sont à la charge de Martine : son comptable, une assurance pension complémentaire et l’aménagement de son bureau.


Martine introduit toutes ces données dans le calculateur brut-net et obtient les montants suivants :

  • 10.000 euros de frais professionnels
  • 8.200 euros de cotisations sociales par an
  • 9.400 euros d’impôt des personnes physiques par an.

Martine doit donc générer un chiffre d’affaires de 49.200 euros. Si elle travaille 220 jours par an, elle doit pouvoir facturer 224 euros par jour.

Du brut au net : combien vous restera-t-il ?

En tant que starter, il peut arriver que vous connaissiez d’avance votre revenu brut : vous pouvez par exemple conclure un accord avec un ou plusieurs donneurs d’ordre qui appliquent un tarif fixe. Cette pratique est surtout courante au sein des professions libérales comme les avocats et les kinésithérapeutes. Vous avez donc déjà une idée claire de votre revenu brut avant de commencer. Il faut alors faire le calcul inverse : quel montant net vous restera-t-il ?




Une fois de plus, le calculateur brut-net est là pour vous donner la réponse.

Il vous suffit d’introduire votre revenu brut pour découvrir immédiatement ce qu’il vous restera. Comme un exemple vaut mieux qu’une centaine de lignes de théorie, voici un calcul concret.

Calculer brut > net


Des paroles aux chiffres : un exemple de calcul.

1. Imaginons qu’en tant que travailleur indépendant, vous réalisiez un chiffre d’affaires annuel de 50.000 euros

C’est la somme des montants que vous facturez à vos clients, déduction faite de la TVA. La plupart des travailleurs indépendants doivent facturer 21% de TVA. Grâce au fameux système de la déduction de TVA, vous pouvez déduire de cette TVA perçue celle que vous payez personnellement (par exemple, lorsque vous achetez de l’équipement).


La TVA que vous percevez excède la TVA que vous payez ? Dans ce cas, vous versez la différence à l’administration de la TVA. Dans le cas contraire, vous récupérez de l’argent.


Tous les trois mois, vous introduisez ainsi une déclaration TVA dans laquelle vous indiquez le montant de TVA que vous avez perçu et le montant de TVA que vous avez vous-même payé. La plupart des indépendants confient cette tâche à leur comptable. Mais si les chiffres ne vous font pas peur, vous pouvez aussi déclarer vous-même la TVA en ligne.



2. Imaginons que vos frais professionnels s’élèvent à 10.000 euros

Toutes les dépenses nécessaires à votre activité relèvent de vos frais professionnels. Pensez en premier lieu au loyer de votre bureau, à vos dépenses en informatique, à l’achat de vêtements de travail, à la location d’une voiture, etc. Mais tenez également compte de ces frais moins évidents :

  • vos taxes provinciales;
  • l’épargne pension pour indépendant;

Vous aboutissez ainsi au résultat intermédiaire suivant :

50.000 euros de chiffre d’affaires - 10.000 euros de frais = 40.000 euros 



3. Vous payez 8.200 euros de cotisations sociales

Si vous commencez maintenant, vos cotisations sociales s’élèveront à 20,5% de votre revenu net imposable. Ces montants sont également à déduire de votre chiffre d’affaires au titre de frais professionnels.


Vous obtenez ainsi votre revenu net imposable.

40.000 euros - 8.200 euros (20,5% de 40.000 euros) = 31.800 euros de revenu net imposable



4. Votre déclaration d’impôts indique un montant de 9.389,50 euros

Vous payez ensuite l'impôt des personnes physiques annuel sur votre revenu net imposable. Cette taxe se compose de cinq tranches d’imposition entre 25 et 50%. Vos revenus sont «répartis» sur ces tranches : une première partie est taxée à 25%, une deuxième partie à 40%, et ainsi de suite. Sur une partie, la «somme exonérée d’impôts», aucun impôt n’est dû.


Notez bien : le calcul réel n’est pas tout à fait pareil que dans cet exemple. Votre impôt des personnes physiques comprend notamment une taxe communale qui varie d’un endroit à l’autre. Il existe aussi de nombreuses réductions fiscales, par exemple si vous avez des enfants à charge.


Le résultat final

31.800 euros de revenu net imposable - 9.389,50 euros d'impôts des personnes physiques = 22.410,50 euros.

Conclusion : en tant que travailleur indépendant, vous gardez environ 45% de ce que vous avez gagné


Cela paraît peu. Mais tenez compte du fait que vous engagez des frais professionnels que vous devriez payer de votre poche en tant que salarié, comme votre voiture. De plus, en tant que travailleur indépendant débutant, vous pouvez prétendre à de nombreux subsides et primes. Découvrez-en davantage à ce sujet ci-après.

Deux conseils en or pour obtenir un revenu plus élevé

Conseil n°1 : demandez ce que vous valez

Pour de nombreux travailleurs indépendants, la tarification est un véritable casse-tête. Avoir une vue claire sur vos revenus et vos dépenses n’est pas une sinécure, surtout si vous débutez. Commencez donc par regarder autour de vous : voyez les tarifs pratiqués par vos concurrents.


Et répondez en même temps à deux autres questions, au moins tout aussi importantes : que valez-vous ? Et cela suffira-t-il à gagner votre vie ?

  • Déterminez votre valeur.
  • Définissez votre tarif journalier théorique.
  • Trouvez les tarifs pratiqués par vos concurrents.
  • Qu’offrez-vous de plus ?

Un conseil en or supplémentaire


Tôt ou tard, vous aurez affaire à des clients qui voudront négocier le prix à la baisse. Ne cédez pas tout de suite: mettez plutôt vos atouts en avant. Si le prix demeure un obstacle, ne le réduisez pas. Proposez plutôt d’effectuer une partie du travail gratuitement pour cette fois. Ce beau geste vous donnera l’occasion de prouver que vous valez ce que vous demandez. Et la prochaine fois que vous effectuerez un travail pour ce client, vous n’aurez pas à vous brader.



1. Déterminez votre valeur

Beaucoup de débutants frémissent à l’idée d’être catalogués «trop chers». Pourtant, si vous avez déjà de l’expérience à faire valoir, vous ne devez pas avoir peur d'appliquer un tarif en vigueur sur le marché. Qui plus est, il peut être dangereux d’essayer d’attirer les clients avec un prix trop bas : une fois que le client aura donné son accord, il sera difficile de revoir vos prix à la hausse. De plus, l’effet psychologique d’un tarif (trop) faible jouera également en votre défaveur. Beaucoup de clients associent un prix bas à un service médiocre. Comme on dit, «la qualité a un prix» !


Vous devez encore faire vos preuves dans le métier ? Dans ce cas, votre valeur marchande sera moindre jusqu’à ce que vous puissiez acquérir plus d’expérience. Quelques belles références la feront directement grimper. Vous pourrez alors suivre les étapes suivantes…


2. Définissez votre tarif journalier théorique

C’est le tarif qui vous garantit un revenu de base décent. Le raisonnement suivant vous aidera à trouver la réponse :

  • Quel est votre revenu net idéal ?
  • Multipliez ce montant par deux pour connaître votre revenu net imposable. En tant que travailleur indépendant, vous gardez en effet environ la moitié de ce que vous gagnez.
  • Ajoutez-y ensuite vos coûts estimés, comme les frais de déplacement, d’assurance et de comptabilité.
  • Divisez cette somme totale par le nombre d’heures durant lesquelles vous pouvez ou vous souhaitez travailler sur une année. Ce montant est votre tarif journalier théorique.

Souhaitez-vous développer ce raisonnement plus en détail ? Avec notre calculateur brut-net, vous pouvez rapidement effectuer votre calcul personnel.

 

3. Trouvez les tarifs pratiqués par vos concurrents

Cette information peut être obtenue de plusieurs manières. Vous pouvez par exemple demander à une connaissance ou à un membre de votre famille de demander un devis. Une recherche sur Google avec les bons mots clés pourra également vous être d’une grande aide.

Le site Web spécialisé freelancenetwork.be sonde régulièrement les tarifs pratiqués par les indépendants. Vous y apprendrez que le tarif moyen s’élève à 52 euros par heure, avec un tarif minimum de 10 euros. Cependant, n’oubliez pas que ces valeurs ne sont qu’un point de référence. Ainsi, sans contexte, un tarif moyen ne vous dit rien de ce que le client obtient en échange. C’est justement le sujet du point suivant.



4. Qu’offrez-vous de plus ?

Les possibilités de vous distinguer de vos concurrents grâce à des services différents, meilleurs ou complémentaires ne manquent pas. Votre premier entretien est gratuit ? Vous êtes plus rapide que les autres ? Vos conseils sont compris dans le prix ? Vous proposez des services supplémentaires ? Tout cela peut vous aider à augmenter votre marge bénéficiaire.




Conseil n°2 : vérifiez si vous pouvez bénéficier de subsides en tant que starter

Comment s’y retrouver : la base de données de subsides

Que vous soyez un indépendant débutant ou chevronné, voici un bon réflexe : consultez régulièrement la base de données de subsides de votre Région. Vous y trouverez tous les subsides auxquels vous avez droit, ainsi que d’autres projets et mesures du gouvernement qui vous aideront à prendre un bon départ :

  • des avantages fiscaux tels que le prêt win-win et le tax shelter;
  • des concours pour entrepreneurs comme Bizidee ou Start Academy;
  • des trajets de formation pour passer du statut de demandeur d’emploi à celui de travailleur indépendant;
  • des prêts à des taux intéressants et à des conditions favorables.

Pratiques et clairs : les guides des subsides

Ces brochures sont rédigées en fonction de la phase que traverse votre entreprise. Elles renvoient en outre automatiquement aux subsides pertinents de la base de données de subsides. Elles vous proposent ainsi un aperçu des informations et des mesures de soutien les plus récentes. Voici quelques titres issus de la gamme de guides des subsides :

  • Vous prévoyez de vous lancer comme indépendant;
  • Vous investissez en tant que PME;
  • Vous voulez entreprendre à l’international;
  • Vous voulez recruter du personnel.

Saviez-vous que notre partenaire SD Worx peut également vous aider lorsque vous voulez engager du personnel ? Une équipe d’experts spécialisées dans le conseil des employeurs débutants est à votre disposition. Que coûte un salarié ? A quelles réductions avez-vous droit ? SD Worx répond à toutes vos questions et vous aide avec votre premier recrutement.


Renseignez-vous également dans votre commune

Souvent, les villes et communes donnent elles aussi un coup de pouce aux entrepreneurs (débutants). Leurs mesures de soutien se succèdent rapidement et sont rarement reprises dans la base de données de subsides. Surfez donc sur le site Web de votre commune ou prenez directement contact. Ainsi, vous ne passerez pas à côté d’une prime nouvellement instaurée qui n’a pas encore été mise en ligne.


Combien gagnerez-vous en tant que travailleur indépendant ?

Quel montant brut devez-vous gagner pour obtenir un bon revenu net ? Quel montant net vous restera-t-il de votre revenu brut ? Cet outil pratique vous donnera la réponse dans les deux sens. Il vous aidera à trancher des questions cruciales, comme votre tarif journalier idéal ou le nombre de jours de travail à prévoir.

Calculer brut > net et net > brut