Prenez un départ gagnant en tant qu'indépendant(e) à titre complémentaire


Se lancer en tant qu'indépendant(e) est un choix. S'affilier en activité principale ou en activité complémentaire ne l'est pas. Nous vous expliquons quand vous affilier en activité complémentaire à une caisse d'assurances sociales et ce que cela représente pour vous en tant qu'indépendant(e).

Quand vous affiliez-vous en tant qu’indépendant(e) à titre complémentaire ?

Vous devenez indépendant(e) à titre complémentaire lorsque vous exercez, au moins à mi-temps, une autre profession. Dès lors, vous avez déjà un statut à part entière qui vous permet d'être en règle par rapport à la sécurité sociale. Et c’est le cas lorsque :

  • vous travaillez au moins 50 % du temps comme salarié(e) ;
  • vous travaillez au moins 60 % en horaire complet comme enseignant(e) nommé(e) à titre définitif ou 50 % comme enseignant(e) non nommé(e) à titre définitif ;
  • vous êtes en prépension (RCC) ou vous percevez des allocations de chômage ;
  • vous percevez des indemnités en cas de maladie ou d'incapacité de travail en tant que salarié(e).

Vous devez répondre à cette condition du premier au dernier jour de votre activité d'indépendant(e) à titre complémentaireEn tant qu'indépendant(e) à titre complémentaire, les éléments suivants n'ont aucune influence :

  • Le revenu issu de votre activité complémentaire. Vous pouvez très bien gagner plus en tant qu'indépendant(e) qu'en tant que salarié(e).
  • La forme juridique que vous choisissez. Entreprise personne physique ou société : lancez-vous comme vous le souhaitez. 
Vous affilier en tant qu'indépendant(e)

Soyez attentif(-ve) lorsque vous vous lancez en tant qu'indépendant(e) tout en bénéficiant d'une allocation. Vous pourriez en effet la perdre. Par conséquent, informez-vous auprès de l'organisme de paiement de votre allocation avant de démarrer en tant qu'indépendant(e).

 

Étape par étape : se lancer en tant qu'indépendant(e) à titre complémentaire

Étape 1. Affiliez-vous à notre Caisse d’Assurances Sociales.

Faites-le lorsque vous vous lancez en tant qu'indépendant(e) et que vous inscrivez votre entreprise à la Banque-Carrefour des Entreprises.

Vous affilier en tant qu'indépendant(e)

Étape 2. Vous payez des cotisations sociales tous les trimestres.

20,5 % de votre revenu annuel net imposable d'indépendant(e). Votre cotisation trimestrielle minimale s'élève à 79,17 euros, ce qui correspond à un revenu annuel de 1.499,14 euros.

  • Vous prévoyez un revenu inférieur ? Dans ce cas, vous pouvez demander une dispense. Demandez-la uniquement si vous êtes sûr(e) de votre coup. En cas de dispense accordée à tort, vous devrez régler toutes les cotisations impayées et des majorations par la suite, ce qui constitue une lourde charge financière.
  • Vous prévoyez un revenu supérieur à 1.499,14 euros ? N'hésitez pas à nous faire savoir combien vous estimez gagner. Nous pourrons ainsi calculer plus précisément vos cotisations.

Combien de cotisations sociales payerez-vous ? Découvrez-le grâce à ce simulateur.

Calculer les cotisations sociales

Saviez-vous que vos cotisations sociales représentaient des frais déductibles ? Autrement dit, elles réduisent votre revenu annuel net imposable. Cela réduit le montant sur lequel vos cotisations sociales sont calculées et vous payez donc moins de...cotisations sociales.

Quelle est la différence avec l’affiliation à titre principal ?

Il existe plus de similitudes que de différences. En activité complémentaire, vous disposez également d'un numéro d'entreprise, d'un numéro de TVA et de tous les autres outils nécessaires à votre activité.


À l'instar d'un(e) indépendant(e) à titre principal, vous payez 20,5 % de votre revenu réel en cotisations sociales. En activité complémentaire, ce pourcentage ne varie pas, peu importe votre revenu, au contraire de l'activité principale dans laquelle il existe une cotisation trimestrielle minimale.

 

L'utilisation de vos cotisations sociales est également très différente.

En activité principale, vous payez des cotisations sociales pour constituer des droits individuels de sécurité sociale. Ce n'est pas le cas en activité complémentaire. En effet, votre autre profession assure déjà votre protection. Vos cotisations sociales sont uniquement utilisées à titre de cotisations de solidarité : plus vous gagnez, plus vous soutenez les autres.

En revanche, vous constituez des droits supplémentaires lorsque votre revenu annuel est supérieur à 13.550,50 euros. Après tout, vous payez autant de cotisations sociales qu'un(e) indépendant(e) à titre principal. Vous avez droit à

  • des titres-services destinés aux jeunes mamans indépendantes ;
  • une pension supplémentaire si vous avez travaillé moins de 45 ans en tant que salarié(e).
 

Comment se déroule votre affiliation ?

Affiliez-vous à Xerius. Vous pouvez le faire en un clic. Nous vérifierons si vous remplissez les conditions et nous vous contacterons si nous avons besoin d'informations ou de documents complémentaires.


Une fois affilié(e), vous pouvez vous lancer en tant qu'indépendant(e) à titre complémentaire. Vous recevrez une attestation d'affiliation que vous pourrez utiliser comme pièce probante auprès d'autres instances.


Vous avez déjà une entreprise ?

Gratuite

Parfait. Affiliez-vous à notre Caisse d'Assurances Sociales en cliquant sur le bouton ci-dessous. Votre affiliation est entièrement gratuite.

Vous affilier en tant qu'indépendant(e)

Vous n'avez pas encore d'entreprise personne physique ou de société ?

Vous devez d'abord constituer une entreprise. Pour ce faire, vous pouvez également compter sur Xerius. Cliquez sur le bouton ci-dessous, et nous créerons ensemble votre propre entreprise.

Démarrer une entreprise personne physique
Démarrer une société

Peut-être vous posez-vous la question ?

  • Puis-je combiner mon contrat d'intérim avec une activité complémentaire ?

    Tout à fait, aux conditions suivantes :

    • vous êtes engagé sous contrat au moins à mi-temps et vous travaillez au minimum 235 heures sur un trimestre ;
    • vous devez également travailler en tant que salarié(e) le premier jour de votre activité complémentaire.

    Ce n'est pas le cas ? Affiliez-vous alors à titre principal.

    Prenons, par exemple, le cas de Thomas. Il travaille régulièrement via une agence d’intérims depuis longtemps. S'il n'y a pas de travail, il reste chez lui et s'adonne à sa passion : la décoration intérieure.

    Un ami lui demande d'aménager son nouveau loft. Dès lors, Thomas souhaite se lancer en activité complémentaire. Il s’est inscrit en tant qu’indépendant le 5 juillet, le jour où il commence les travaux.

    Toutefois, son prochain contrat d'intérim ne commence que le 19 juillet. Thomas n'a donc pas de contrat en tant que salarié le premier jour de son activité complémentaire. Par conséquent, il est considéré comme indépendant à titre principal pour le trimestre allant de juillet à septembre, même s'il travaille le reste du trimestre comme intérimaire.

     
  • Quand suis-je un(e) aidant(e) indépendant(e) ?

    Vous aidez ou remplacez le chef d'une entreprise personne physique. Vous le faites sans contrat de travail, c'est-à-dire en tant qu'indépendant(e). Vous pouvez être aidant(e) tant à titre principal qu'à titre complémentaire.


    Le chef d'entreprise d'une entreprise personne physique ne doit pas être un membre de votre famille, sauf si vous souhaitez prouver les capacités entrepreneuriales.


    L'affiliation en tant qu'aidant(e) est obligatoire dans les cas suivants :

    • vous avez plus de 20 ans ou vous êtes marié(e) ;
    • vous êtes étudiant(e), mais vous ne bénéficiez plus d'allocations familiales ;
    • vous travaillez régulièrement en tant qu'indépendant(e), pendant plus de 90 jours par an.

    Vous ne pouvez pas être aidant(e) dans une société. Vous y travaillez sans contrat de travail ? Vous êtes un(e) associé(e) actif(-ve). Dans ce cas-là, vous devez également vous affilier en tant qu’indépendant(e) auprès d'une caisse d'assurances sociales.

  • Que dois-je faire si je passe d’indépendant(e) à titre complémentaire à indépendant(e) à titre principal ?

    En démarrant une activité d'indépendant(e), votre passion devient votre profession. Les affaires marchent si bien que vous souhaitez arrêter en tant que salarié(e) ? Lancez-vous alors en tant qu'indépendant(e) à titre principal. Un bon conseil, informez-en votre caisse d'assurances sociales dans les plus brefs délais. Elle pourra ainsi adapter directement votre régime de cotisation afin que vous restiez en règle par rapport à la sécurité sociale.


    La conversion démarre immédiatement. Par exemple, vous arrêtez de travailler comme salarié(e) le 15 février ? Dans ce cas, vous êtes considéré(e) comme indépendant(e) à titre principal pour tout le premier trimestre.


    Inversement, ce n'est pas le cas. Vous êtes indépendant(e) à titre principal et vous commencez à travailler comme salarié(e) le 15 février ? Vous ne serez indépendant(e) à titre complémentaire qu'à partir du deuxième trimestre.

  • Puis-je être au chômage tout en étant indépendant(e) à titre complémentaire ?

    Oui, c'est possible grâce à une mesure spéciale : le « Tremplin-indépendants ». Cette mesure vous permet de commencer votre activité complémentaire en étant au chômage et de continuer à percevoir vos allocations pendant un an.


    Ensuite, vous devenez indépendant(e) à titre principal. Il s'avère qu'une carrière d'indépendant(e) n'est pas faite pour vous ? Il vous suffit d'arrêter votre activité.


    Vous pouvez demander le régime Tremplin à l'ONEM. Une fois leur approbation obtenue, vous pouvez vous adresser à votre caisse d'assurances sociales afin de vous affilier à titre complémentaire.

  • Puis-je prendre un congé thématique tout en étant indépendant(e) à titre complémentaire ?

    Vous prenez un congé parental, un congé pour assistance médicale ou un congé parce qu’un membre de votre famille est aux soins palliatifs ? Dans ce cas, vous recevez une allocation. La sécurité sociale considère cette allocation comme un « statut à part entière » et retient une cotisation. Affiliez-vous par conséquent à titre complémentaire lorsque vous vous lancez en tant qu'indépendant(e). Vos cotisations sociales sont alors de pures « cotisations de solidarité ».


    Mieux vaut faire preuve de prudence : vérifiez auprès de l'organisme de paiement de votre allocation si vous êtes autorisé(e) à commencer une activité d'indépendant(e). Si vous ne le faites pas, vous risquez de perdre votre allocation, ce qui implique que vous perdrez également votre statut à part entière et vous deviendrez donc automatiquement indépendant(e) à titre principal. Vous devrez alors payer la cotisation minimale d’indépendant(e) à titre principal pour rester en ordre de sécurité sociale.


    Une allocation perçue dans le cadre d'une interruption de carrière ou d'un crédit-temps n'est pas un congé thématique. Il ne s'agit pas de « statuts à part entière », vous ne pouvez donc pas vous lancer en activité complémentaire.