Puis-je devenir indépendant à titre complémentaire lors d’un crédit-temps ?

Le crédit-temps n’a jamais été aussi populaire. Bien que les règles qui le régissent soient loin de s’être assouplies ces dernières années, de plus en plus de Belges prennent un temps mort professionnel. Le moment idéal pour arrondir ses fins de mois en tant qu’indépendant à titre complémentaire ? Cela dépend. Vous pouvez devenir indépendant à titre complémentaire pendant un crédit-temps, mais uniquement sous certaines conditions strictes.


Tout d’abord, dissipons une confusion terminologique : le crédit-temps est accordé aux travailleurs du secteur privé. L’interruption de carrière revient plus ou moins au même, mais elle concerne uniquement les fonctionnaires.



Condition 1 : deux années d’ancienneté

Cette condition a peu à voir avec l’activité à titre complémentaire en soi, elle concerne uniquement le crédit-temps. Afin de pouvoir le demander, vous devez déjà travailler depuis deux ans pour votre employeur.

 



Condition 2 : uniquement avec motif

Depuis 2015, vous percevez uniquement une indemnité d’interruption de la part de l’ONEM pour un crédit-temps avec motif. Il peut s’agir d’un crédit-temps pour prendre soin de votre enfant, pour vous occuper d’un proche malade ou handicapé ou pour suivre une formation reconnue. Toutes les conditions sont expliquées de manière exhaustive sur le site de l’ONEM. L’indemnité d’interruption remplace alors en quelque sorte votre activité principale. Vous pouvez dès lors démarrer votre activité d’indépendant à titre complémentaire.

Bien entendu, vous pouvez toujours demander une interruption de carrière pour lancer votre propre affaire. Toutefois, vous ne recevrez aucune indemnité dans ce cadre. Et vous deviendrez alors directement indépendant à titre principal.



Condition 3 : 1 an à titre complémentaire maximum

Une fois réellement passé à titre complémentaire, vous devriez marquer la date de fin dans votre calendrier. Vos indemnités s’arrêtent après un an. Vous ne percevez alors plus de revenus de base fixes sur lesquels vous reposer, de sorte que vous ne constituez plus de droits sociaux.


Par conséquent, vous passez automatiquement de l’activité à titre complémentaire à l’activité à titre principal. Cela se répercute également sur vos cotisations sociales : vous payez au moins 731,33 euros de cotisations sociales par trimestre.



Quid du crédit-temps à temps partiel ?

Vous pouvez également prendre un crédit-temps à temps partiel. Dans ce cas, comme vous constituez encore des droits sociaux via votre activité à titre principal, vous pouvez également devenir indépendant à titre complémentaire. Vous ne recevez toutefois plus d’indemnité. Logique, car vous percevez déjà un salaire (à temps partiel) en tant que travailleur et des revenus en tant qu’indépendant.



Toujours vérifier auprès de l’ONEM !

Avant de vous inscrire en ligne en tant qu’indépendant, tempérez vos ardeurs. Si vous bénéficiez déjà du crédit-temps, vérifiez absolument auprès de l’ONEM si vous pouvez devenir indépendant à titre complémentaire. Ils peuvent veiller à ce que votre situation soit en parfaite adéquation avec la loi.

Êtes-vous déjà indépendant à titre complémentaire ?

… et envisagez-vous de demander un crédit-temps ? Vous pouvez alors conserver votre activité à titre complémentaire, selon les mêmes principes que ceux précités. Seule condition supplémentaire, vous devez déjà être indépendant à titre complémentaire depuis au moins un an avant le début de votre crédit-temps.

Vous souhaitez davantage d’informations sur la combinaison activité à titre complémentaire et crédit-temps ? Contactez le bureau de l’ONEM le plus proche. Ils se feront un plaisir de vous aider.